samedi 31 août 2013

Irrémédiablement perdu ?


Me revoilà vous parlant de Danielia, après mon post d'il y a quelques mois.


"Irrémédiablement perdu", c'est ainsi que l'on pourrait traduire Совсем пропащий, le titre de cette adaptation magnifique des Aventures d'Huckleberry Finn par Gueorgui Danielia.  En France, le titre donné fût "Le garçon perdu".
Guerre froide oblige, ce film soviétique de 1974 n'est jamais sorti chez nous (à peine en Finlande et en Hongrie). Il a pourtant bien été projeté dans notre pays lors du Festival de Cannes puisqu'il était en compétition l'année de la palme à Conversation Secrète de Coppola, à côté de Pasolini, Fassbinder, Spielberg, Ashby, Saura, Shinoda, Russell, Altman, Comencini... 
Le jury de René Clair ne lui a rien donné, c'est un tort.








Cette adaptation de Twain est merveilleuse à bien des égards. On retrouve une Amérique fictive proche de celle des Lucky Luke auquel on pense souvent, des acteurs excellents : Evegeni Leonov, star des comédie soviétiques et acteur fétiche de Danielia et le chanteur-acteur Vakhtang Kikabidze, méga-star georgienne, sorte d'Azavour local. Ces deux là campent le duo d'escroc du roman de Twain, le Duc et Louis XVII qui électrise le film, souvent splendidement contemplatif par de vrais bons moments de comédie.
Il nous faut louer le rythme, non américain alors que tout joue l'Amérique. On a un rythme georgien, oui, parfaitement maîtrisé, jouant de temps doux et calmes alternant avec quelques étincelles. 
Le film, soviétique, évite certains travers sentimentalistes américains et ne cache pas non plus la violence de la ségrégation : Jim est un "nègre" aux yeux de tous, sauf d'Huck, bien entendu.
 
 La photo du film est signée Vadim Yusov, décédé il y a une semaine. Grand chef Op', on lui doit aussi la photo de "Romance à Moscou", l'excellent premier film de Danielia et de "L'enfance d'Ivan", "Solaris" et "Andrei Roublev" pour Tarkovski. Ici, le film propose des bleus profonds très cinémascopes, des feux, de belles lumières estivales et d'étranges bichromies nocturnes. Un superbe travail de coloriste parfaitement adapté à l'univers de Twain.

Ce film admirable est donc totalement invisible pour les non-russophones car disponible seulement en VO. Il n'y a pas si longtemps on pouvait acheter un bon fichier sur le site de la Mosfilm, mais celui-ci a été refondu. La société de production historique du cinéma soviétique propose à la place de le visionner sur Youtube. Et bien faisons donc avec.

Pourquoi je vous parle de ce film ? Parce que j'ai pris le temps de traduire des sous titres anglais trouvés après maintes recherches sur un obscur site turc. Ce n'est pas du travail de pro, mais j'ai fait de mon mieux.
Vous pouvez donc, pour la première fois, voir cette petite merveille, à mes yeux digne des grands & simples films d'enfance (Les contrebandiers du Moonfleet, la nuit du chasseur, ..).
Comment faire ? 
1) Vous pompez le fichier Youtube ci dessous grâce à un add-on de Mozilla fait pour ça (par exemple celui-ci)

2) vous chargez mes sous-titres (Clic droit : enregistrer sous...) 
Corrections bienvenues en commentaires : c'est un premier jet, soyez charitables avec mes choix de traduction et mes coquilles !


3) Vous lisez le fichier flv piqué sur youtube avec VLC en choisissant ce fichier comme sous-titres.

Et, on n'oublie pas de me faire un petit commentaire dessous pour discuter de ce beau film une fois visionné.

Bon film !


lundi 18 mars 2013

C'est tout vu : décembre 2011 - février 2013

Oui cela fait un an 1/4 que je n'ai pas posté mes bilans mensuels de visionnages. Et POUF ! C'est magique, les voilà ! Trop de choses à en dire pour en parler.. mais on peut en discuter...

 
DECEMBRE 2011

Histoire de détective - Dekekeuleire - *****
La Perle - d'Ursel - *****
Macao - Von Sternberg - ****+
Monsieur Fantomas - Moermans - ***
Cabaret - Fosse - *****
L'arnaque - Hill - **+
Voyage au pays de la peur - Forster - ****
Le petit Poucet - Dahan - ***
L'heure suprême - Borzage - *****
Heureux Anniversaire (CM) - Etaix - ***+
L'honneur des Prizzi - Huston - ***+
T-Men (La brigade du suicide) - Anthony Mann - ***
Le retour à la raison - Man Ray - *****
L'étoile de mer - Man Ray - ****+
Jerry chez les cinoques (The disorderly orderly) - Tashlin - ***+
Very bad cop (The other guys) - McKay - ****
Confidences pour confidences - Thomas - *****
Spy Kids II - Rodriguez - **+
Un flic - Melville - ***+
Le soupirant - Etaix - ****+


Fais pas ci, Fais pas ça :4.5, 4.6

2012

Janvier

Star 80 - Fosse - *****
Domicile conjugal - Truffaut - *****
Paris nous appartient - Rivette - *****
Madame de... - Ophuls - ****+
Eva - Losey - ****
Le parrain - Coppola - ****
Les contrebandiers de Moonfleet - Lang - ****+
Cris et chuchotements - Begman - *****
Un cœur simple - Laine - ***
emak bakia - Man Ray - ***+
La Fontaine, le défi - Vigne - *+/**
Le Parrain II - Coppola - *****
It's all true - Wilson/Krohn/ Meisel incluant "Four men on a raft"- Welles - *****
Le mystère de la chambre jaune - Podalydes - ***
La colline aux coquelicots - G.Miyazaki - ***+
L'enfance d'Ivan - Tarkovski - ****+
Le vampire - Painlevé - ****+
The life and death of 9413 A hollywood extra - Fiorey / Vorkapich - ****+
Hearts of age - Welles/Vance - *****
Brumes d'automne - Kirsanoff - ****
Millenium - Oplev - ****
Dragons - studio Dreamworks - ****
Les années Déclic - Depardon - *****
La rivière de nos amours (Indian Fighter) - de Toth - ***+
Regen - Joris Ivens - ***+
Le parrain III - Coppola - **+
A very Harold & Kumar 3D christmas - Todd Strauss-Schulson - ***+
Very bad trip - Philips - ***+
L'armée du crime - Guédiguian - ****
Jeu de massacre - Jessua - ***+
_________________
FEVRIER

L'impératrice rouge - Von Sternberg - *****
L'affaire Cicéron - Joseph Leo Mankievicz - ****
West Side Story - Wise - *****
Bon à rien - Yoshida - ****
Nuit et brouillard - Resnais - *****
Le chant du styrène - Resnais - *****
Les chaussons rouges - Powell Presburger - ****
Docteur Jerry & Mister Love - Lewis - ***
Lola - Demy -****+
Caught - Ophuls - ****
The Ghost Writer - Polanski - **+
The Haunting (La maison du diable)- Wise - ****+
Le sang séché - Yoshida - *****
The artist - Hazanvicius - ***+
La Taupe - Alfredson - *****
Liebelei - Ophuls - *****
Les contrebandiers de Moonfleet - Lang - ****+
Du rififi chez le hommes - Dassin - *****
Duel au soleil - Vidor -
Les feux de la rampe - Chaplin - *****
_________________
MARS

La colline des potences - Daves - *****
La Barbe à papa - Bogdanovich - **+
Freaks - Browning - *****
Monsieur M, 1968 - Cibien & Berletti - ****+
Muriel - Resnais - ***
La source thermale d'Akitsu - Yoshida - ***** (chef d’œuvre ?)
Comme un chien enragé - Foley - ****
La glace à trois faces - Epstein - ***
Even : as you and I - Barlow, Hay, Robbins - **
La comtesse aux pied nus - Mankiewicz - ****
Pecker -Waters - ***+
Tombe les filles et tais-toi (Play it again sam) - Herbert Ross - ****
Raiponce - Studios Disney - *****
Loulou - Pabst - ****
Fin d'une douce nuit - Yoshida - ****+
Another year - Leigh - ***+
Evasion au Japon - Yoshida - *
Le grand escroc - Godard - *****
# Le plus vieux métier du monde(segment "Anticipation, ou l'amour en l'an 2000")- Godard - *****
Ladyhawke - Donner - *+
Sous le plus grand chapiteau du monde - DeMille - **+
Nuages flottants - Naruse - ***
L'ami retrouvé - Schatzberg - ***
Misère au borinage - Henri Storck & Joris Ivens - ****+
_________________
AVRIL

Vivement dimanche - Truffaut - *****
Furie - Fritz Lang - *****
Les passagers de la nuit- Daves - *****
Une femme est une femme - Godard - *****
Chronique d'un homicide - Bolognini - ***
Hunger - McQueen -****
Les adieux à la Reine - Jacquot - **+
Deux anglaises et le continent - Truffaut - *****
La griffe du passé (out of the past) - Tourneur - *****
Touchez pas au grisbi - Becker - ***+
Le patron est mort - Storck - ****+
Assurance sur la mort - Wilder - *****
Badlands - Malick - *****
Tirez sur le pianiste - Truffaut - *****
Profis paysans : L'approche - Depardon - *****
_________________
MAI

La fureur de vivre - Ray - *****
Le cercle rouge - Melville - *****
City Girl - Murnau - *****
Gun Crazy - Lewis - *****
Cry baby - Waters - *****
Benny's video - Haneke - ***+
Bonnie & Clyde - Penn - ****
Christmas in July - Sturges - ****+
Mark Dixon detective - Preminger - ***
The Naked Kiss - Fuller - ****+
Ulysse - Varda - (CM) - **+
L'île nue - Kaneto Shindo - ****+
_________________

Juin

La drôlesse - Doillon - *****
Elephant - Clarke - ****+
L'Homme qui aimait les femmes - Truffaut - *****
Ulysse -Camerini - ***+
12 hommes en colère - Lumet - *****
Fahrenheit 451 - Truffaut - **
La vengeance est à moi - Imamura - ***+
Prime Cut - Ritchie - ***
Deep end - Skolimowski - *****
Je vous salue Marie - Godard - *****
Le vent de la plaine - Huston - ***+
Cendrillon aux grands pieds - Tashlin - **+
L'été de Giacomo -Comodin - **+
Oslo, 31 août - Trier - ****+
Jeff who lives at home - Duplass - ****+
Le feu Follet - Malle - ****+
_________________
Juillet- aout

La perle du Pacifique Sud - Dwan - **
Fantomas - Hunebelle- **
Vous allez rencontrez un bel et sombre inconnu - Allen - **
Mes meilleures amies - Feig - ****
L'amie de mon amie - Rohmer - ****
Fantomas se déchaine - Hunebelle - abandonné en route
The social network - Fincher - ***+
American Graffiti - Lucas - ****
Fantomas contre Scotland yard - Hunebelle- **
Rebelle - ? - ***+
Old Joy - Reichardt - ***
L'Apollonide - Bonello - ****+
Habemus papam - Moretti - ****+
La chevauchée des bannis - de Toth - ***** (chef d'oeuvre)
Une étoile est née - Cukor - ****
Le petit arpent du bon dieu - Anthony Mann - ***
La femme d'à côté - Truffaut - ****
Le convoi sauvage - Sarafian - ****+
Hélas pour moi - Godard -****
Moi, député - Roach - ****
_________________

Septembre
18 jeunes gens à l'appel de l'orage - Yoshida - ***+
L'étrangleur de Boston - Fleischer - *****
The Boat - Buster Keaton/Cline - ****
Du côté d'Orouët - Rozier - ***
Hannah et ses soeurs - Allen - ****
La cité sans voiles - Dassin - **+
Ici et ailleurs - Godard / Mielville - *****
Rentrée des classes - Rozier - *****
Blue Jeans - Rozier - ***+
After the thin man -...
L'Homme de Rio - de Broca - ****
Wall-E - Stanton -*****
Onibaba -Shindo -****
L'arrangement - Kazan - *****
Traquenard - Ray - ****
Les beaux gosses - Sattouff - **+
_________________

Octobre

Mort à l'arrivée - Morton/Jankel - ***+
Pour l'exemple - Losey - ***
Le passage du canyon - Tourneur - *****
Seuls sont les indomptés - Miller - ***** (Chef d’œuvre ?)
Sa majesté des mouches - Brook - **+
Les sentiers de la gloire - Kubrick - *****
Incendies - Villeneuve - ****
L'enfant sauvage - Truffaut - ****+
Go west - Keaton - ****
L'heure d'été - Assayas -****+
Skyfall - Mendes - ***
_________________
Novembre

Artistes et Modèles - Tashlin - ****+
Asterix et Obélix au service de sa majesté - Tirard - **
Jules et Jim - Tuffaut - *****
Dans la maison - Ozon - **+
Il était une fois en Amérique -Léone - ****
Tout ce qui brille - Nakache & ? - *+
Les nuits de pleine lune - Rohmer - ****
Espion(s) - Saada - ****
Convoi de femmes- Wellman - ***** (chef d’œuvre ??)
Le gai savoir - Godard - ***
Adieu, ma jolie (Murder, my sweet) - Dmytryk - ****
Pat Garrett & Billy the Kid - Peckinpah - ***** Chef d’œuvre : top 3
La cinquième colonne - Hitchcock - ****
Dillinger - Milius - ****
Breezy - Eastwood - ****

Séries :
Breaking bad 4
Fais pas ci, fais pas ça 4
_________________
Décembre
Madame et ses flirts (Palm beach story) - Sturges - *****
Smith le taciturne - Fenton - **+
La vagabond de Tokyo - Suzuki - ****
Jeux d'enfants - Holland - ***+
Le fantôme de Cat Dancing - Sarafian - *****
Nous avons gagné ce soir (the set-up) - Wise - ***** (chef d’œuvre ?)
Alphaville - Godard - chef d'oeuvre
Out of the blue - Hopper - ****
Monsieur Verdoux - Chaplin - ****
Série noire - Corneau - **
Élégie de la bagarre - Suzuki - *****
La charge héroïque - Ford - ****
Le hérisson dans le brouillard - Norstein - *****
Puissance de la parole - Godard - *****
Rabbi Jacob - Oury - **+
La mariée était en noir - Tuffaut - ****
Retour vers le futur - Zemeckis - ***+
Retour vers le futur II - Zemeckis - ****
_________________



 2013

 Janvier

Les contrebandières - Moullet - **+
Ernest et Célestine - Aubier/Patar/Renner - **
Une belle fille comme moi - Truffaut - ***+
Profils paysans : le quotidien - Depardon - *****
Achik Kerib - Parajanov & Abashidze -**+
Mr & Mrs Smith - Hitchcock - **+
Max et les maximonstres - Jonze - **
L'ouragan de la vengeance - Hellman - ***+
Claire Dolan - Kerrigan - ****+
Une vie de chat - - ***
Tabou - Gomes - ****+
Le mirage de la vie - Sirk - ****+
Têtes de pioches - Blystone - ***
Detective du bureau 2-3 - Suzuki - ****-
La porte du diable - Mann - *****
Les chevaux de feu - Parajanov - ****+
Requiem pour Billy the Kid - Feinsilber - *****



Février

Vivement dimanche - Truffaut - *****
Les frissons de l'angoisse - Argento - *****
The do-deca-pentathlon - Duplass & Duplass - *****
Pendaisons à Jefferson City (1911) ; La prairie en feu ; Le railway de la mort ; Un mariage au revolver ; Cœur ardent ; Cent dollars mort ou vif (1912) - Jean Durand - *****

Mensonges, trahisons et plus si affinités - Tirard - ***+
La marque du tueur - Seijun Suzuki - *****
La chambre verte - Truffaut - ****
10ème chambre- Instants d'audience - Depardon - *****
The shop around the corner (Rendez-vous) - Ernst Lubitsch - *****
Liberté et Patrie - Godard Miéville - ***+
Le peintre néo-impressionniste et autres films d'E.C.- Emile Cohl - ** à *****
Des l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites - Newman - ****+

Macbeth - Welles - *****
I love you - Ferreri - ***+
L'aventure intérieure - Dante - ***
Moi, moche et méchant - Coffin/Renaud - ****
Kin-dza-dza ! - Danielia - *****
Symphonie paysanne - Storck - ***+
Mimino - Danielia - *****

jeudi 7 mars 2013

Ailerons

De petites ailes, ça ne devrait pas nous mener loin, ça.
Du moins, je ne me vois pas planer avec de petits ailerons chétifs. Il faudrait pour cela de bonnes grosses grandes ailes. Du genre de celles qui empêchent de marcher.

Et pourtant, pourtant, j'en connais un qui vole haut, qui plane bien, avec de toutes petites ailes.

Si petites. Si haut. Si petites et si haut que je ne l'ai d'abord pas vu. Personne ou presque ne l'a vu, dans le coin, il me semble. Pas grand monde. Ceux qui ont de bonnes jumelles, peut-être.

Il s'appelle Kyle field, alias Little Wing.

Cet homme à petits ailerons sort un nouvel album, sur lequel on passera vite pour mieux voir ce qu'on a raté avant, c'est à dire "Light green leaves" en 2002 "Magic wand" en2004 et l'EP "Soft Pow'r" en 2007. Je n'ai pas encore tout écouté du bonhomme (il existe des cassettes démos en pagaille). Proche d'Oldham (il a dessiné la pochette du single "Agnes queen of sorrow"), il entre, à mon avis, dans la catégorie de ses pairs, avec Jason Molina, plutôt que dans celle de ses imitateurs. Soft Pow'r lorgne aussi vers Lambchop.

Trois vidéos devraient suffire à vous convaincre illico...



 


Et voilà, je vous avais bien dit que je ne reviendrais poster ici que pour des choses essentielles...

Moi ce que j'aime chez Danielia



Ce que j'aime chez Gueorgui Nikolaïevitch Danielia, (ou Georgi Daneliya ou Георгий Николаевич Данелия ou Georgij Danelija) c'est que, une fois qu'on y met le doigt dedans, on se trouve embarqué...

Je furetais sur le site russe des studios Mosfilm qui offre en streaming gratuit et légal une partie de leur catalogue avec des sous-titres français. Je tombe sur un drôle de truc, "Кин-дза-дза!", un petit coup d'imdb et je vois une très bonne note... Pourquoi ne pas tenter ? J'essaie donc ce Kin-dz-dza ! et, après 5 minutes, un petit coup de théâtre vous plonge dans le film, sur une autre planète : les comédies soviétiques de Danielia.

J'ai enchainé en quelques jours trois autres films Mimino, Romance à Moscou et Afonya.

Quatre films, quatre réussites très différentes. Mais que ce soit un film de SF, une comédie sur un pilote d'hélicoptère georgien, une ballade moscovite avec des jeunes gens, les pérégrinations d'un plombier peu scrupuleux et porté sur la bouteille, on retrouve un même amour des personnages et ce regard qui rappelle souvent celui d'Olmi (Longue vie à la signora, L'emploi) ou de Rozier (Adieu Philippine, les naufragés de l'île de la tortue, Maine Océan), ou même celui du Seria de Charlie et ses deux nénettes. Chez lui, le réel ou l'imaginaire ne sont pas différents et de petites étrangetés illuminent par ci par là les films, sans mièvrerie, sans effets. Un haltérophile sur le balcon, un mouton dans un hélico, un congrès d'endocrinologues, une nuit au poste...

Les films, mineurs en apparence au début, gagnent rapidement en profondeur au cours du film. C'est notamment le cas pour Romance à Moscou dont la dernière demi-heure est magnifique et la scène finale superbe. Le film était en compétition à Cannes l'année de la palme à Demy, un autre enchanteur.

Danielia parle apparemment de ses films comme des "comédies tristes" et c'est tout à fait ça, un peu lae même mélancolie qu'on peut trouver chez Pollet. Une fois le film terminé, on ressent ce même sentiment de plaisir triste qui nous prend à la fin des meilleurs films de Scola.

Je vous conseille fortement de tenter ce voyage dans une cinématographie qui, malgré son immense succès en U.R.S.S., était restée derrière le mur... (et y reste encore car il n'y a aucun dvd français actuellement en vente). Cependant, l'ordre sera différent selon vos goûts et je pense qu'on peut adorer Kin dza dza et ne pas aimer Mimino et inversement...

Si vous aimez les Monty Python, Brazil, même si le film n'a rien à voir, commencez par Kin dza dza ! (une sorte de film de Kusturica, en bien plus fin, plus réussi) (NB : Je ne suis fan d'aucune de ces références pourtant)
Si vous aimez les films de jeunesse des différentes nouvelles vagues, foncez sur Romance à Moscou.
Pour ceux qui seraient plus intrigués par le côté Rozier, Séria des deux nénettes, Scola,  partez sur Mimino ou Afonya (pas de stf pour ce dernier, que des sta)...

Il faut choisir "ENG" en haut à droite, lancer le film et choisir les sous titres en suite en bas.

  
 

mardi 11 septembre 2012

Un 11 septembre sans crash


 J'ai des marottes. Des fidélités, disons.
Parce que, grand ado, tournaient auto-reverse, dans mon walkman les cassettes de Springsteen, Newman, Dylan, Cowboy Junkies et Steve Forbert, je ne peux lâcher l'affaire comme ça. Je les suis.

Pour Springsteen, il a fallu depuis traverser des désillusions insoupçonnées alors (Human touch, working on a dream...). Pour Randy Newman, il a fallu avaler Faust, et surtout s'armer de patience. Les Cowboy Junkies ont sévèrement perdu pied fut un temps avant de bien raccrocher dernièrement jusqu'à ce merveilleux album sorti en début d'année. Dylan a vite merdé avec "Under the red sky", pour revenir à petits pas vers l'excellence... Quand à Forbert, après deux merveilles en 1995 (un album studio, une live génial "Be here now, solo live 1994"), la suite a été moyenne, pas terrible, puis catastrophique... Je perdais un compagnon de route.

En ce 11 septembre sortent deux albums de cette petite bande là, celle de mes copains de l'auto reverse.

 Dylan lâche son Tempest, impérial. Un album pépère, moins inventif que "Modern times" mais vraiment réussi de bout en bout, sans déchet. Un Dylan très bien chanté, ce qui n'est pas toujours le cas : la voix est magnifique. Un  Dylan totalement smooth, empruntant, comme au bon vieux temps ses mélodies à des traditionnels et les emmenant ailleurs, pendant 7 ou 14 (!) minutes : Dylan !


Mais le fait que le Dylan soit bon n'est qu'une demi-surprise. Que le nouveau Forbert, en revanche, soit impeccable en voilà une ! Son talent n'est pas éteint ! J'aime le songwriting de ce gars au delà de la raison  alors, à chaque fois, je pars enthousiaste et, depuis 17 ans, c'est de pire en pire à chaque fois... Des albums sans inspiration, mal produits, trop "rock", trop FM, avec des synthés, des rock'n' roll grassouillets indignes... Le précédent album étant vraiment tout pourri...

 Alors là ! Alléluia au plus haut des cieux, je suis aux anges de le retrouver à ce niveau ! "Over with you" est nettement son meilleur album studio depuis "Mission of the crossroad palms" !  Un album que je devrais faire tourner un paquet de fois tellement je suis en manque de ballades forbertiennes. Sens de la mélodie retrouvé, voix toujours aussi tordue et fragile, belle production sobre :  ça fait plaisir de retrouver son vieux copain...

J'en profite pour ressortir ma théorie fumeuse : Forbert est le plus grand songwriter pour "walkman", point barre ! Comprendront ceux qui ont écouté Forbert dans leur bon vieux walkman autoreverse, en arpentant n'importe quelle rue, n'importe quel chemin, à la ville, en campagne, sous la pluie, la neige, sur et sous les ponts, la nuit, le jour, autoreverse, on repart.


11 septembre et les deux tours de mes CD de ces deux là s'élèvent aujourd'hui un peu plus haut, stables et belles.

http://www.deezer.com/music/steve-forbert/over-with-you-5548731

mercredi 5 septembre 2012

Un chatouilleux pinceau mal placé

"Plus que l’écriture blanche, une écriture transparente, un non-style revendiqué ou assumé qui, pour le coup, contraste avec celui, devenu classique, du plus lyrique des écrivains contemporains. Sans doute, ceux qui pensent encore qu’il faut impérativement un style (une langue disent-ils parfois) pour faire de la littérature - comme ils pensent sans doute qu’il faut un bon coup de pinceau pour faire de la peinture - trouveront-ils ce livre plat, voire indigne, insuffisamment littéraire." écrivait Sylvain Bourmeau dans sa critique du premier romain d'Aurélien Bellanger dans Libération, le 22 août 2012.

 "Sans le recours au beau style. Sans le paravent de l'esthétique." (Nicolas Demorand à propos du denier bouquin d'Angot, Libération, le 3 septembre)

Voilà mis en évidence, l'inanité du discours de certains journalistes se prenant un peu vite pour des critiques littéraires, parce qu'ils ont un copain Michou, un avis sur le livre qu'ils viennent de lire et de comprendre (certains font un peu mal à la tête).
Et ce discours là, celui du journaliste improvisé critique littéraire, inonde cette rentrée littéraire dans la presse.
Le premier à en faire les frais est Laurent Binet dont le dernier livre  -les journalistes le pensent, en sont sûrs - serait aussi, négativement cette fois-ci, insuffisamment littéraire (cf Libé, le Monde, Les Inrocks où Audrey Pulvar, certainement en manque de grain de sel depuis son départ de chez Ruquier s'y met aussi en édito). Il manque des négations, c'est ça ? Ce n'est pas un "roman" ? (car pour bien de ces gens là, littérature = roman, car déjà, bien sûr, la littérature, est limitée aux livres). Parce que le sujet est politique, l'avis du journaliste politique peut supplanter celui du critique littéraire, allons-y les amis.


Il y aurait donc une jauge journalistique qui permet d'évaluer le taux de littérarité en fonction de la quantité de "langue" utilisée pour produire de la littérature.

Je me pince.
/ peu d'effet /

Je me bouffe une couille.
/ on repart /


"il faut impérativement un style (une langue disent-ils parfois) pour faire de la littérature - comme ils pensent sans doute qu’il faut un bon coup de pinceau pour faire de la peinture"

La langue n'est pas un outil en littérature, pas un truc avec un petit manche en bois et du poil au bout, pas un truc japonais qu'on déplie pour masquer un bout de fesse non plus. La langue EST la littérature et la littérature EST la langue. Il n'y a de littérature que dans la langue, par la langue, de la langue. Il ne peut se concevoir de littérature hors de la langue.  
Un steak est fait de viande.

Je ne sais pas ce que vaut ce bouquin de Bellanger, qui me fait peu envie, mais même sa "transparence" (putain, déjà qu'on se fadait l'écriture blanche chiante comme un cul de laitière) est une langue en soi, un style et non un "non-style". Il est possible (mais rien n'est jamais sûr) que je ne l'aime pas plus que celle, toute bien pourrie, du mou Michel, mais loin de moi l'idée de lui refuser le statut de "langue", bien au contraire.
Pour Bourmeau, Demorand (et consorts*), le style, la langue ne peut être qu'artifice, joliesse... Évidemment, une telle conception, catastrophique, de la littérature existe, chez mémé. Évidemment, ça ne donne pas de la littérature, puisque ce n'est pas ça, la langue, la littérature. Qu'un journaliste écrivant des critiques littéraires puisse concevoir ce qu'est "le style", "la langue" comme pourrait le faire un élève un peu perdu de quatrième C, voila qui est effrayant. Le style, ce "truc en plus" ajouté au discours.... On va bientôt avoir droit à la distinction fond/forme ? à la poésie comme onirisme ? à la recherche formelle comme onanisme ?


  Alors, lorsqu'on vante ici tel ou tel (Angot, Adam, Bellanger...) à tort (ou a à raison qui sait), je piocherai à raison (ou à tort, on verra), personnellement pour ma rentrée littéraire chez ceux là : Emmanuelle Pireyre, Mathieu Larnaudie, Claro, Marie Simon, Claire Guézangar, Lancelot Hamelin, Laurent Binet, Patrick Deville, Jérome Ferrari...

Et je suivrai, curieux, les avis des critiques littéraires compétents : ils ne m’intéressent pas tous, ont souvent des goûts différents des miens, mais certains,  y compris dans ces journaux sus-cités, restent des gens ayant au moins une conscience réelle de ce qu'est la littérature, la langue.

Et je relirai mille fois "A quoi bon encore des poètes ?" de Prigent, et "Ma langue est poétique" de Tarkos. Ce que devraient bien faire certains, au moins une fois.




* Rappelons nous, enragés, l'avis de cette dame niaise sur, il me semble, le livre de Maylis de Kerangal, au Masque et la plume ("il n'y a que de la langue", disait elle en substance ....)










lundi 4 juin 2012

Hollande par Depardon

La photo est sortie depuis une heure à peine et les critiques pleuvent. Qu'elles pleuvent. Après tout, l'investiture était trempée, elle aussi.
Je trouve, une fois encore, le travail de Depardon impeccable.
On reproche ou on loue un côté "photo amateur", bêtise. Il y a la sens du cadre, parfait détachement de l'homme devant le palais et simplicité franche. Un genou fléchi, il va de l'avant, dans l'ombre, loin des aveuglements de la lumière de la fonction, du palais. Il laisse la place, ne centre pas l'attention, ne "pose" pas outre mesure, d'où les mains flottantes, l'air légèrement gêné : ce n'est pas Napoléon par David, chacun est à sa place, de l'art officiel non-officiel où l'artiste est à égalité avec le modèle, non assujetti. L'idée du cadre carré, à la Rolleiflex est la meilleure idée depuis le renversement horizontal de Lartigue pour VGE (qui avait fait très fort aussi). Le sombre est là, mais des taches de lumières nous parviennent, l'horizon est souriant, radieux.

Les critiques continueront de pleuvoir, montrant combien le travail exemplaire de Depardon est juste, nécessaire et mal compris.
Crions le haut et fort : "La France" de Depardon est un chef d’œuvre (parmi d'autres merveilles, notamment sa série documentaire "Profils paysans"). Son regard est juste, toujours à bonne distance. Loin de l'idée de la "belle photo" sur un "beau sujet", il détonne et redéfinit notre regard par le sien, en véritable artiste. J'adore cet homme et son travail.

Je suis en train de finir mon prochain bouquin. Il s'appellera "Sombre aux abords". Mon projet était de réaliser ce sera une épopée ordinaire Springsteeno-depardono-ardéchoise  à double face et en 10 chants. Oui, j'ai parfois des idées simples et déjà vues comme ça. Cela pour dire que, pour mon écriture, je me suis véritablement inspiré du travail de Depardon, je ai explicité cela dans les dossiers présentant ce projet. J'ai vu ou revu ses docs, regardé en long et en large sa "France" et j'attends avec impatience "Journal de France" présenté à Cannes sur la réalisation de "La France".

Sur mon manuscrit, je me suis amusé à mettre une photo en première page, pour faire comme si... J'ai bien sûr pris une photo de Depardon, un homme devant un garage. En la recherchant pour ce billet, j'en trouve une autre qui fait un bel écho. J'ai grandi dans un garage, je sais la beauté profonde de ces architectures-là.

Je me sens tellement en accord avec cette façon de voir le monde...
J'ai un rêve, un désir profond, avoir une photo de lui en couverture de ce livre. J'ai regardé sur internet, trouvé sa maison de production, le mail auquel écrire... Mais je n'oserai jamais, trop timide, trop intimidé aussi.

Alors, il peut bien pleuvoir des critiques, quand on a regardé les photos, quand on a pris le temps d'entrer dans son regard, cette photo officielle s'impose dans toute sa force, impeccable. Parfaite.

Félicitations à l'artiste et au modèle qui a su faire le bon choix.

dimanche 13 mai 2012

Sur les braises

Vous le voyez venir ? Les cerises rougissent, le ciel se dégage, il faut tondre, retondre, débroussailler, racler les feuilles, préparer le terrain. On ramasse des brindilles, on enflamme un journal de novembre sur l'affaire DSK, ça flambe et c'est parti, ça sent bon pour la suite.
Wendy Rene aime les barbeucs, et c'est une très bonne idée de chanson, un vrai texte engagé... Mais c'est que Wendy est heureuse, elle aussi de retrouver le sourire, le beau temps après la pluie et les pleurs. Elle est toute chose, chaude avec sa bidoche.

 Et elle remercie, frites à la main, ketchup aux lèvres, light in the attic pour la réédition...